Consternant !

Les sifflets sont tombés des travées du Colisée à la fin du match. Ce soir le meilleur à gagné, l’équipe de Boulazac s’impose 85 à 71, après avoir compté 19 points d’avance à 5 minutes de la fin du match.

 

Le plus inquiétant, sans vouloir faire offense à nos adversaires du soir, c’est que cette défaite est concédée face une équipe qui joue plus le maintien que les playoffs… Une équipe vaillante et “en place”, cela suffit pour nous battre.

 

 

Difficile de trouver du positif ce soir, tant le contenu proposé est proche du néant. Le niveau de Chalon ce soir n’est pas digne d’un club de l’Elite. Aucune progression par rapport à la déroute de Châlons-Reims à domicile ou la fessée à Nantes en Coupe de France. Un collectif aux abonnés absents, une défense en mode porte ouverte (que de shoots dans un fauteuil qui permet de donner confiance à l’adversaire… Et quand la confiance est là, les shoots difficiles font mouche ensuite),  des joueurs qui oublient de se faire des passes (12 passes en 5 possessions… au secours !)… Bref, ce soir c’était au mieux une bouillie de basket, au pire une purge. Chalon n’est pas une équipe en construction, mais une équipe à construire.

 

Il y aura bien eu 2 minutes de révolte à -19, mais pouvait-il en être autrement ? Le match se termine, les visages sont fermés, tout le monde est triste, dépité ou en colère, une “mauvaise soirée”, un samedi soir bien triste à quelques jours de la Toussaint.

 

Maintenant que faire pour les prochains matchs : ASVEL, Dijon, Strasbourg, Metropolitains… La mayonnaise ne prend pas, est-ce que Chalon peut encore se permettre d’attendre ?

 

Notre club nous a apporté tant de joies et de moments fort par le passé. On ne demande qu’à y croire encore…