L’ASVEL surclasse de pâles chalonnais

Qu’on me donne l’obscurité puis la lumière
Qu’on me donne la faim, la soif puis un festin
Qu’on m’enlève ce qui est vain et secondaire
Que je retrouve le prix de la vie… enfin!
Qu’on me donne la peine pour que j’aime dormir
Qu’on me donne le froid pour que j’aime la flamme
Pour que j’aime ma terre qu’on me donne l’exil
Et qu’on m’enferme un an pour rêver à… des femmes!
On m’a trop donné bien avant l’envie
J’ai oublié les rêves et les merci
Toutes ces choses qui avaient un prix
Qui font l’envie de vivre et le désir
Et le plaisir aussi…
Qu’on me donne l’envie
L’envie d’avoir envie…
Qu’on allume ma vie!

[…]

 

L’Elan Chalon s’incline lourdement sur le parquet de l’ASVEL  ce soir 90 à 75. En début de match Philippe Hervé indiquait que le contenu proposé par l’Elan était décevant. Ce n’est pas ce soir qu’on aura vu la moindre amélioration.

 

Alors certes en face, il s’agit de l’ASVEL, l’ogre du championnat et favori pour remporter la Jeep Elite. Mais un ASVEL qui a disputé 5 matchs en 9 jours, émoussé par ses joutes en Euroligue, était-ce une chance pour l’Elan ? Pas du tout… Un Chalon léthargique débute la rencontre, sans engagement, sans envie. L’ASVEL se détache au bout de quelques minutes, les commentaires sur RMC Sport sont acerbes :  “ca va être long”, “aucun collectif”, “c’est pauvre”, … Malheureusement, à juste titre.

 

On a le droit de perdre des matchs, surtout contre plus fort que soit, mais le manque d’ENVIE est intolérable, cela s’appelle le respect des couleurs.

 

 

Seuls rayons de soleil sur la première mi-temps, les entrées de Babacar Niasse & Etienne Ca qui se sont battus avec leurs moyens  : ce sont les deux seuls joueurs à terminer avec une stat +/- positive ! Jaron Johnson a pris feu et a maintenu en vie l’Elan dans 3ème quart, Mike a fait du Mike : propre, pro, capitaine digne mais triste.

 

Pour le reste le constat est amer : trop de cadres encore défaillants et un contenu pauvre. Justin Robinson est hors sujet, Billy Garrett inexistant, Marcus Thornton qui lance quelques briques (moqué ce soir par le duo Cozette / Brun), Robers dépassé… Comment envisager faire bonne figure avec une ligne arrière et une raquette à ce niveau ?

 

Pourtant, il n’y avait aucune pression sur les épaules de rouges et blancs ce soir, dans un match où Chalon était outsider, loin du Colisée. Au final 132 à 72 à l’évaluation, ça pique, face à une équipe fatiguée mais talentueuse. Un triste spectacle offert devant la France entière.

 

Alors à quoi s’attendre samedi prochain avec l’accueil de la JDA pour le derby, dans une ambiance souvent électrique ? S’il n’y a pas un changement radical dans l’approche, l’attitude et le contenu, le réveil risque d’être douloureux dimanche prochain.

 

Alors qu’on leur donne l’envie pour qu’on nous donne l’envie !